Mise en avant

« demain nous serons tout »

Jean-Luc Mélenchon, le 4 juillet 2017,
à l’Assemblée nationale

« Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Mesdames, Messieurs,

Jusqu’où et jusqu’à quand notre patience sera-t-elle encore abusée ? Je m’explique. La France Insoumise attendait avec intérêt et concentration votre discours.

C’est le seul qui compte, car c’est lui qui va être suivi d’un vote solennel sans lequel vous ne pourriez pas gouverner. Nous avons eu deux longs post-scriptum du discours du président de la République, durant deux heures. Pourquoi pas. Moi, je n’ai que dix minutes. Que reste-il de l’apparence même d’un débat parlementaire dans de telles conditions ? Je vais vous le dire pour vous rendre hommage : votre discours mérite mieux que dix minutes de commentaire. Mais je n’ai pas non plus de temps pour vous faire des compliments.

J’avais prévu de chercher à convaincre. J’en reporte le projet. Je dois me contenter de vous informer et de vous dénoncer.

Nous ne voterons pas le soutien au gouvernement, vous le saviez. Nous serons le seul groupe dont aucun des membres ne votera ce soutien, je veux le souligner. Mais nous ne voulons pas être seulement votre opposition. Nous nous présentons comme l’alternative au monde que vous représentez.

Continuer la lecture de « « demain nous serons tout » »

et pendant ce temps là …/… les affaires continuent

Bienvenue au poste de ministre monsieur Nicolas Hulot 

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, et ses premiers pas dans la tourmente. C’est un homme populaire apprécié des français qui a la carte de l’environnement depuis de très nombreuses année et nul doute qu’il se place dans une situation au dessus de tous soupçons. Un statut de choix pour l’ex animateur télé.

Selon le Canard Enchaîné, la Fondation Nicolas Hulot accumule les très très gros chèques.
Sa fondation confiée à Audrey Pulvar à été rebaptisée « Fondation pour la nature et l’homme ». Même EDF a versé 460 000 euros jusqu’en 2012 et 100 000 tous les ans depuis.
L’EPR de Flammanville va forcer le ministre à prendre position et le conduira dans une situation de conflits d’intérêts. Mais ce sera à la haute autorité de trancher.
Le ministre qui se targue de : « Je n’ai jamais donné de conférences rémunérées ni joué les consultants », profite de juteux bénéfices concernant sa société USHUAIA et de belles royalities sur les ventes de produits comme les shampoings, gels douche et autres produits estampillés.

Continuer la lecture de « et pendant ce temps là …/… les affaires continuent »

Clochemerle au pays d’Emmanuel

Les juges européens estiment que l’inscription dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) de militants accusés de violences lors de rassemblements, dans les mêmes conditions que pour un terroriste ou un délinquant sexuel, est une « atteinte disproportionnée » à la vie privée.
 
La justice européenne a adressé, jeudi 22 juin, un sérieux avertissement à la France. Le jour même où Emmanuel Macron annonçait vouloir modifier notre législation afin de faciliter les croisements de fichiers.
Les juges européens avaient été saisis par Jean-Michel Ayçaguer, un agriculteur basque de la ville d’Ossès, condamné en 2009 pour avoir refusé un prélèvement génétique en vue de son inscription au FNAEG. Cette condamnation faisait suite à une manifestation organisée le 17 janvier 2008 à Ainharp par le syndicat agricole Euskal Erriko Laborarien Batasuna et le Groupement foncier agricole mutuel Lurra. Jean-Michel Ayçaguer avait été interpellé pour avoir été vu donnant des coups de parapluie en direction de gendarmes.
Placé en garde à vue, il avait été condamné dans la foulée à deux mois de prison avec sursis pour« violences avec arme sur une personne dépositaire de l’autorité publique ». Au mois de décembre 2008, l’agriculteur était à nouveau convoqué, mais cette fois pour un prélèvement génétique en vue de son inscription au FNAEG. Face à son refus, le tribunal de grande instance de Bayonne l’avait condamné à une amende de 500 euros.

Muriel Pénicaud est prise dans les filets de «l’affaire de Las Vegas»

Des mails dévoilés par Le Journal du Dimanche montrent que l’ex-directrice générale de Business France, désormais ministre du travail, avait été alertée sur les risques juridiques pris par l’organisme, lors des préparatifs de la soirée « French Tech Night » à Las Vegas, en janvier 2016, autour d’Emmanuel Macron.

Une affaire de « favoritisme » derrière son colloque à Las Vegas en janvier 2016 ? En mars dernier, Emmanuel Macron avait dit qu’il n’était pas au courant. Et même « absolument pas concerné », avait fait savoir son équipe de campagne. L’enquête ouverte en mars par le parquet de Paris, « visant des faits éventuels de favoritisme, de complicité et de recel » à la suite d’un rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) révélé par Le Canard enchaîné, laisse entrevoir le contraire.

Dévoilés hier par Le Journal du Dimanche, des mails internes saisis chez Business France, l’agence publique de promotion des entreprises françaises à l’étranger, ainsi qu’un rapport d’audit dont des extraits ont été publiés par Libération, révèlent l’implication très directe du cabinet d’Emmanuel Macron dans l’organisation de la soirée « French Tech Night » du 6 janvier 2016, dont le ministre était l’attraction principale. Ils révèlent aussi que la directrice générale de Business France, Muriel Pénicaud, nommée depuis ministre du travail, a été informée des risques juridiques encourus par son agence pour satisfaire à l’urgence des préparatifs du show de Macron à Las Vegas. Selon le rapport de l’IGF, l’agence Havas, prestataire de Business France, avait facturé 315 000 euros à l’agence publique, hors frais d’hôtel. Et surtout, sans appel d’offres.

Continuer la lecture de « Muriel Pénicaud est prise dans les filets de «l’affaire de Las Vegas» »

Le front social, c’est parti !


Pour donner un petit avant-goût des luttes de la rentrée, le Front social appelait à manifester un peu partout en France, ce lundi. Un reportage vidéo à ne pas manquer sur :

Là-bas si j’y suis : http://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/front-social-premiere-manif-anti-macron

Amis insoumis

Tout ça pour ça !
Amis Insoumis merci, nous avons bien travaillé…

Nouveau mouvement politique, la France insoumise ne disposant pas de fonds et particulièrement discréditée par la plupart des médias, mais également stigmatisée par les autres candidats, a présenté deux candidats dans le XV arrondissement de Paris. Nous y avons recueilli sur la totalité des votes exprimés   —au premier tour— 6,47% des voix, alors que nos amis socialistes, ont fait score égal n’obtenant que 6,49%, soit une différence de 23 voix…, sans oublier nos deux candidates communistes avec 0,91%. Soulignons que nous avons enregistré au premier tour —dans le XV— une abstention de 39,28% des inscrits, ce qui a largement profité aux deux formations de droite : En Marche et les Républicains.
Continuer la lecture de « Amis insoumis »

Macron et l’état d’urgence : se mobiliser contre le retour des «lois scélérates»

Face aux potentielles dérives liberticides du projet de loi antiterroriste de Macron, visant à pérenniser l’état d’urgence, face aux éditocrates délirants qui soutiennent ce projet aussi dangereux qu’inefficace, il faut entendre les juristes, les ONG et les historiens qui s’engagent pour la préservation de l’état de droit et contre le retour de «lois scélérates» comme celles de 1893-1894.

La LDH a soutenu le 30 mai 2017 une QPC (question prioritaire de constitutionnalité)  sur la possibilité d’interdire de séjour dans le cadre de l’état d’urgence.

Ci-après, la remarquable plaidoirie de l’un des deux avocats (Me SUREAU et Me SPINOSI) qui nous représentent, devant le Conseil d’État et/ou le Conseil Constitutionnel en ces matières.

Publié le 11 JUIN 2017 PAR FRANÇOIS GÈZE BLOG :
LE BLOG DE FRANÇOIS GÈZE

La vidéo de l’audience du Conseil Constitutionnel :

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/videos/2017/mai/affaire-n-2017-635-qpc.149030.html

( Plaidoirie de F Sureau à partir de la minute 12’40)

Patrick Lefrançois expose les raisons de son engagement pour les législatives

Éditeur dans le 15ème arrondissement, Patrick Lefrançois s’engage pour les législatives 2017 sous les couleurs de la France Insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Continuer la lecture de « Patrick Lefrançois expose les raisons de son engagement pour les législatives »

Un barrage peu en cacher un autre (Monde diplomatique – juin 2017)

L’ACCESSION de Mme Marine Le Pen, la candidate du Front national (FN), au second tour de l’élection présidentielle aura au moins eu pour vertu d’éliminer les prudences et rondeurs déontologiques qui d’ordinaire enrobent le discours journalistique. Et de donner à voir les grands médias pour ce qu’ils sont : une force politique, celle qu’on oublie de décompter dans les temps de parole. Un titre de Libération (6 mai 2017) a résumé la ligne de ce parti non déclaré : « Faites ce que vous voulez mais votez Macron ».

« Votez Macron », sinon quoi ? Comme en avril 2002, lorsque M. Jean-Marie Le Pen avait fait effraction au second tour, les directions éditoriales savaient impossible la victoire du FN (1). Elles n’en exécutèrent pas moins les figures imposées du chantage moral en jouant sur l’antiracisme sincère qui anime la grande majorité de la population française. « Ni-ni dimanche, Le Pen lundi », prévient la couverture de L’Obs (4 mai). «Ne pas voter Macron, c’est voter Le Pen ! », admoneste Franz-Olivier Giesbert (Le Point, 4 mai). Continuer la lecture de « Un barrage peu en cacher un autre (Monde diplomatique – juin 2017) »

Sécurité : leurs problèmes, nos solutions

Par Alex Lessage – membre de l’équipe de campagne

Depuis 2002, avec Nicolas Sarkozy comme Manuel Valls, la sécurité est devenue une question explosive et foncièrement idéologique permettant aux différents gouvernements de droite et de gauche d’aller chercher les voix des électeurs du Front National tout en perpétuant un racisme à peine dissimulé. Au lieu d’un débat maîtrisé, serein et rationnel, nous avons eu droit, en permanence, à une véritable hystérisation de la question où chacun y va de son propre avis en ignorant le réel le plus élémentaire. Le député sortant de la 12e circonscription, Philippe Goujon, ne déroge pas à la règle en bon membre des Républicains. L’un de ses derniers tracts « Lettre aux habitants du quartier Dupleix/Motte-Picquet/Grenelle/Suffren » enchaîne les amalgames grossiers pour agiter les passions mauvaises. Continuer la lecture de « Sécurité : leurs problèmes, nos solutions »